Pourquoi la mine de Mutanda va arrêter sa production d’ici la fin de l’année

Par Job Bunana

mar 13/08/2019 - 08:51

Le classement de Mining Intelligence pour la production du cobalt en 2017 plaçait la mine de Mutanda en première position mondiale. Cette année-là, la mine avait produit 23,9 kilotonnes de Cobalt. Elle était suivie de la mine de Tenke Fungurume, une autre mine de la RDC, qui en avait produit près de 16 Kilotonnes. Les deux mines, faisaient à elles seules 60 % de la production totale du cobalt en 2017. Le Top 3 du classement fut complété par la mine de Ruashi, une mine congolaise.

En début de semaine dernière, la société anglo-suisse, Glencore annonçait qu’elle allait suspendre en décembre 2019 la production de Cobalt de Mutanda Mining (MUMI), la mine qu’elle a acquise en février 2017 à 962 millions de dollars. Quelles sont les causes de cet arrêt ? LeMag fait un tour complet de la question.

  1. La chute du cours du Cobalt

Le cobalt, aussi appelé le métal bleu a vu son cours grimper grandement en 2017 à cause de la hausse de la demande des fabricants des voitures électriques et des batteries de smartphones. Il a atteint le pic de son prix en mars 2018. La tonne s’est vendue jusqu’à 94 500$ pour le bonheur de ses producteurs dont Glencore positionné comme numéro un mondial grâce à la mine à ciel ouvert de Mutanda. Après mars, le prix du cobalt a commencé à chuter jusqu’à atteindre 28 019$ aujourd’hui.

  1. L’inflation de l’acide sulfurique et d’autres intrants

Dans une correspondance envoyée aux employés de la mine de Mutanda, dont le quotidien Britannique Financial Times a pu se procurer une copie, Glencore explique que l’inflation accrue des certains de ces principaux intrants dont l’acide sulfurique fait que la mine n’est plus économiquement viable.

  1. Les taxations imposées par le code minier congolais

Le code minier de 2018 dont nous parlions dans cet article institue une redevance de 10 % sur les substances stratégiques et il oblige les opérateurs miniers à consacrer 0,3% de leurs chiffres d’affaires au développement des communautés locales où leurs industries sont implantées.

Sont considérées comme substances stratégiques : « Toute substance minérale qui, suivant la conjoncture économique internationale du moment, à l’appréciation du Gouvernement, présente un intérêt particulier au regard du caractère critique et du contexte géostratégique ». Le décret N°18/042 du 24 novembre 2018 déclare le cobalt et le coltan comme étant deux minerais stratégiques.

Conséquences sur les employés de la mine

À pleine capacité, la mine emploie près de 7500 personnes. En février dernier, Mutanda avait suspendu près de 2000 postes auxiliaires, consécutivement à l’annonce de la réduction de sa production de cuivre et de cobalt. Dans la correspondance que Glencore a adressé à ses employés, l’entreprise rassure que les employés encore en fonction n’ont pas à s’inquiéter pour leurs postes. Ils devront s’occuper des tâches de maintenance et d’entretien, dans la perspective d’une réouverture de la mine. Glencore qui étudie la possibilité de redonner un second souffle à sa mine de Mutanda affirme que « le maintien des emplois locaux constituerait un avantage indéniable dans la perspective d'une réouverture ».

Catégorie:

A lire également

Abonnez-vous aux alertes e-mail

Inscrivez-vous à nos alertes e-mail pour être informé de chaque nouvelle publication