Florent Ibenge, à la CAN 2015, en Guinée Equatoriale

CAN-Egypte 2019 : RDC, Ibenge sera l’ange ou le démon

Florent Ibenge, à la CAN 2015, en Guinée Equatoriale
Par Job Bunana

ven 21/06/2019 - 11:06

Selon que les Léopards gagnent ou perdent un match, Jean-Florent Ibenge, le sélectionneur de l’équipe nationale de football de la RDC est adulé ou conspué. L’homme est certainement l’un des plus populaires entraineurs que le pays ait connus. A la veille du premier match des Léopards à la CAN, LeMag vous propose les temps forts d’Ibenge qui cumule depuis 2014, ses fonctions de sélectionneur des Léopards à celles d’entraineur de l’As V.Club.

Le soir du 27 septembre 2014, Kinshasa est en fête. Klaxons et chants jaillissent de partout, quelque chose vient de se passer. Loin de Kinshasa, en Tunisie, sur la pelouse du CS Sfaxien, l’AS Vita Club vient d’arracher sa qualification pour la finale de la prestigieuse Ligue des Champions. De quoi réjouir tout un peuple, surtout que cette finale, troisième de l’histoire du club, intervient 33 ans après sa dernière finale. L’un des artisans de cette performance est le coach de V. Club, Jean Florent Ibenge arrivé à la tête du staff technique du club de Kinshasa en décembre 2012. Le parcours presque parfait de V. Club à l’édition 2014 de la Ligue des Champions braque les projecteurs sur Ibenge. Le technicien formé en France marque les esprits, et fait rêver…

A la même période, le climat est assez morose à l’équipe nationale. Les Léopards ont besoin de quelqu’un qui puisse les faire rugir à nouveau. Ils sortent d’une Coupe d’Afrique des Nations (CAN) lamentable. Eliminés dès le premier tour, les fauves congolais échouent à se qualifier pour la Coupe du Monde 2014. Cerise sur le gâteau, le sélectionneur Claude Leroy démissionne. En Août 2014, Jean Florent Ibenge est appelé à la rescousse. Fait inédit dans l’histoire du football, le technicien va cumuler les fonctions d’entraineur de l’As V.Club et de sélectionneur de l’équipe nationale A. Débute alors une épopée faite de gloire, mais aussi des déboires.

Premier défi : qualifier les léopards pour la CAN 2015

Alors qu’il n’a pas réussi à remporter la finale de la ligue des champions avec Vita Club, Ibenge est placé devant un autre grand défi : qualifier la RDC à la CAN 2015. Pour y parvenir, il faudrait que l’équipe termine parmi les deux premières de son groupe éliminatoire, ou alors être repêchée comme meilleure troisième parmi toutes les équipes. La RDC partage alors le même pool que la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Alors qu’elle n’avait plus les cartes en mains, la RDC termine… meilleure troisième après la défaite de l’Égypte face à la Tunisie lors de la toute dernière journée des éliminatoires.

Eternels insatisfaits, les supporters congolais commencent à douter d’Ibenge. Certains réclamant sa tête.

Durant la phase de groupe de la CAN 2015, la RDC enchaîne trois matchs nul (1:1 contre la Zambie, 0:0 contre le Cap-vert et 1:1 contre la Tunisie). Sans vraiment convaincre, Ibenge et les léopards se qualifient pour les quarts de finale. Et tombent sur le Congo Brazzaville. L’affrontement entre les deux Congo est âpre dans un match épique. La première mi-temps s’achève sans but. À l’heure de jeu, les diables rouges marquent un premier but. Sept minutes, ils alourdissent le score. Mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté d’un groupe formé essentiellement des pros dont la plupart rejoignaient la tanière pour la toute première fois. En 25 minutes, les Léopards réussiront à marquer quatre buts, enterrer les espoirs congolais et hisser sur un piédestal Florent Ibenge porté désormais en héros par un tout un peuple.

L’aventure tournera court. Hélas ! En demi-finale, la RDC quitte la compétition battue sans trop de peine par la Côte d’Ivoire (3-1), futur vainqueur du tournoi. Pour la consolation, Ibenge et ses Léopards vont finir sur le podium, comme en 98, en s’imposant aux tirs aux buts face au pays organisateur, la Guinée Équatoriale. Les rues des principales villes de la RDC entonnent en chœur « Ibenge, coachez ! »

CHAN Rwanda 2016, la RDC sur le podium

C’est au championnat d’Afrique des Nations (CHAN) que s’illustre Ibenge comme on ne l’a jamais vu avant. Dans cette compétition réservée aux seuls joueurs africains évoluant sur le continent, la RDC, conduite par Florent Ibenge réédite l’exploit de 2009 et est sacrée championne. Elle bat le Mali 3:0 en finale après avoir éliminé aux tirs aux buts la Guinée en demi-finale. La plus belle victoire célébrée par le Congolais lors de cette compétition fut sans doute celle acquise face au Rwanda 2:1.

Cette fois, le statut de héros d’Ibenge est acté. Il est décoré par le président de la République. Lui Ibenge ainsi que le capitaine des Léopards locaux sont admis dans l’ordre des héros nationaux Kabila-Lumumba aux grades des chevaliers. Le reste de l’équipe obtiendra, de la part du président de la République en personne, les médailles en or de mérite sportif.

Dans la phase de groupe de la CAN 2017, la RDC se lance bien. Deux victoires : face au Maroc lors de la première journée et au Togo, à la troisième journée. Et un match nul face à la Côte d’Ivoire durant la deuxième journée. Le pays passe en quarts de finale. Mais là, les léopards vont tristement tombés face aux Black Stars du Ghana (1:2) alors qu’ils étaient donnés favoris par les pronostics. Ibenge est conspué. Peu de supporters lui pardonneront d’avoir laissé Bakambu sur le banc. Et d’avoir monté …trois attaquants de pointe pour les dernières minutes du match. La non-qualification de la RDC au mondial 2018 portera un coup à son image. A la CAN 2019, Ibenge jouera probablement ses dernières cartes. Un poste de sélectionneur n’étant pas éternel.

Ibenge, ange ou démon, ça se joue déjà ce samedi, le premier match des Léopards face aux Cranes de l’Ouganda au stade international du Caire. C’est à suivre intégralement sur https://www.lemag.cd/

Catégorie:

A lire également

Abonnez-vous aux alertes e-mail

Inscrivez-vous à nos alertes e-mail pour être informé de chaque nouvelle publication