RDC : Félix Tshisekedi dénonce l’instrumentalisation de Marie Masemi de l’Ecidé

Par Michée Lutete

lun 15/08/2022 - 17:03

Le Président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a vivement dénoncé « l’instrumentalisation » de Marie Masemi, militante et mobilisatrice du parti politique Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) de l’opposant Martin Fayulu.

Il l’a dit le dimanche 14 août, lors de son adresse à la diaspora congolaise à N'djamena au Tchad. Félix Tshisekedi Tshilombo est arrivé à N’Djamena le mercredi 10 août dernier, en visite officielle à l’occasion de la fête d’indépendance de ce pays.

Au cours de cette adresse aux Congolais de N’djamena, le Chef de l’Etat a abordé des sujets d’actualités du pays, entre autres, les sorties médiatiques de Marie Masemi et aussi de l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale Jean-Marc Kabund.

Se penchant sur ces questions politiques brulantes, le garant de la nation a fustigé le discours à caractère « injurieux » au sein de l’opposition congolaise. Il a donc déploré les propos de Marie Masemi de l’Ecidé. D’après Félix Antoine Tshisekedi, cette femme de 69 ans est victime d’instrumentalisation politique.

« L’opposition, ce n’est pas dire des mensonges contre le Président de la République, moins encore contre sa femme. L’opposition, ce n’est pas non plus prendre une vieille maman qui souffre avec son commerce et la manipuler à dire des choses qui ne tiennent pas la route, ce n’est pas ça l'opposition », a déploré le Président de la République.

Et d’ajouter : « Voilà, je vous exhorte à ne pas suivre les racontars, je serai intolérant face aux personnes qui mettront en danger l’unité nationale. Je n'accepterai jamais le tribalisme au Congo…».

Pas plus tard que le lundi 8 août dernier, la première dame de la République Denise Nyakeru accordait son pardon à la militante de l’Ecidé, Marie Masemi au cours d’une entrevue avec elle.

C'était après que cette dernière ait passé plus de 48 heures dans les locaux du Commissariat provincial de la police de Kinshasa, pour avoir tenu des propos jugés « diffamatoires » et « insultes » à l’égard des autorités de l’Union sacrée (coalition initiée par Félix Tshisekedi), ainsi qu’à l'endroit de l’épouse du Chef de l’Etat.

Catégorie:

A lire également

Abonnez-vous aux alertes e-mail

Inscrivez-vous à nos alertes e-mail pour être informé de chaque nouvelle publication

 

Le_mag-Logo

Lemag.cd

L'information dans toute sa profondeur

Un média de G&G SARL

+243 818 889 400

B.P. 10362 KIN 1

Kinshasa, République démocratique du Congo

Nous contacter